Fight Club : Le film culte

Fight Club est sorti le 15 octobre 1999 aux États-Unis au milieu de critiques partagées et s’est rapidement imposé comme un grand succès. L’épopée de Tyler Durden était portée par une équipe en état de grâce et en disait long sur les doutes et les fantasmes de la fin du XXe siècle. Pour célébrer le retour du film culte de David Fincher à la télévision, nous revenons sur les raisons qui font de lui un chef-d’œuvre unique.

Edward Norton, un narrateur anonyme avec une voix off déprimée et un regard tourmenté, incarne brillamment un expert en assurance qui se sent mal et ressent des sentiments forts lorsqu’il est en contact avec des clubs de boxe secrets. L’acteur, sélectionné par David Fincher pour son rôle d’avocat dans Larry Flynt et âgé de 29 ans au moment du tournage pour le Fight Club, a amené son physique en tant que gendre idéal dans des domaines d’inconfort et de folie qu’il n’aura pas trouver après, même pas en forme de Hulk.

 

Alternativement effrayante et drôle, la séquence dans laquelle le personnage se bat avec lui-même dans le bureau de son patron résume les performances étonnantes de Norton. Brad Pitt lui fait face et campe habilement le soi-disant Tyler Durden, un gourou charismatique qui milite pour le retour à l’anarchie.

Le comédien a fait face à son image d’un bel enfant (il apparaît souvent torse nu et torse nu dans les airs) avec des impulsions autodestructrices et nihilistes et a également apprécié caricaturer son statut de star lorsque son personnage a expliqué que “la société nous ment comme ça”. agir comme nous tous. ” un jour, soyez des rock stars ou des millionnaires. “Tyler Durden reste le rôle le plus mémorable de Brad Pitt à ce jour.

Les deux personnages du Fight Club incarnaient les côtés opposés de la masculinité, mais se plaignaient du manque d’intérêt que leurs pères exprimaient toujours envers eux et symbolisaient parfaitement la déception qu’ils ressentaient à la fin des années 1990 par les trentenaires de la génération X.

 

fight club brad pitt

Fight Club

Fight club : Un rôle en or pour Brad PITT

Parce que c’est une satire à double tranchant de la société de consommation. Des appartements dont le mobilier suédois est une prison, la destruction de toutes sortes de biens matériels, la fabrication de savons à base de graisse humaine, qui sont ensuite vendus à des clients fortunés, ou des dialogues acides visant les modèles esthétiques imposés par la publicité: le satirique.

Reprenant la virulence du roman homonyme de Chuck Palahniuk, Fight Club propose son lot de séquences qui se moquent des mensonges sur lesquels repose la société de consommation. “Ce que vous possédez est en fin de compte le vôtre”, a déclaré Tyler Durden au narrateur. Bret Easton Ellis, auteur d’American Psycho, a en fait loué les mérites du film: “Fight Club se rebelle contre l’hypocrisie d’une société qui ne cesse de nous promettre l’impossible: gloire, beauté, richesse, immortalité, absence de douleur.”

Cependant, le film, dans lequel une armée de chiens attaque les banques et les sociétés de crédit, ne fournit pas un discours politique mâché et montre comment le subversif Tyler Durden lui a également donné une logique d’expansion de son empire en multipliant la fondation obéie des clubs de boxe (“Planet Tyler” racontera au narrateur comment il répète “Starbucks Planet” dès la première minute). En particulier, le personnage joué par Edward Norton essaie clairement de se retirer quand il découvre à quel point il est impliqué dans le vandalisme contre le système économique.

Le Fight Club n’est pas seulement un voyou anticapitaliste, mais surtout une réflexion sur la responsabilité individuelle et l’identité erronée. Selon David Fincher, qui cite l’influence du vainqueur (réalisé par Mike Nichols en 1967), le film raconte principalement le “rite de passage” qu’un protagoniste vit, qui se soumet aux lois de la société et tente de rendre sa liberté coûteuse qui le poussent à détruire une partie de lui-même.

 

fight club brad pitt

FIGHT CLUB – Le Film

 

DAVID FINCHER : Grand cinéaste de la manipulation perverse des esprits

Après Usual suspects de Bryan Singer en 1995, Seven and The Game (de David Fincher) en 1996 et 1997 ou Sixth Sense de M. Night Shyamalan (sorti en été 1999), Fight Club rejoint la mode du film avec un film Twist qui vous oblige à repenser l’ensemble du film à la lumière d’une révélation inattendue.

Le narrateur suit les traces de Tyler Durden à travers le pays et se retrouve soudain dans une chambre d’hôtel où Tyler lui dit qu’ils sont la même personne. Outre la puissance visuelle et acoustique de la séquence, cette torsion s’intègre si bien dans le récit que le film nous permet de continuer encore 30 minutes. Il est temps pour le narrateur de tirer le fil des événements, de mesurer toutes les conséquences émotionnelles et morales de sa schizophrénie et de connecter le spectateur (qui avait la même logique de cécité et d’irresponsabilité à croire en la vision)

Grand cinéaste du simulacre et de la manipulation perverse des esprits (jusque dans son récent Gone Girl), David Fincher réinventait tout bonnement le film de complot, en montrant comment le commanditaire finit par devenir la propre victime de ses manigances au point de remettre en doute le concept même de réel (en cela, le film rejoint des œuvres comme Matrix ou ExistenZ sortis la même année). “Fight Club est un film ouvertement homo. Fight Club n’a rien d’un film homo. Fight Club est un film facho. Fight Club est un film libertaire. Fight Club se termine mal. Fight Club se termine bien”, écrivait ainsi Jean-Yves Katelan dans Première à la sortie du film.

Les différentes affiches du film

fight club brad pittfight club brad pitt edward norton filmfight club brad pitt edward norton film

Fight Club, une comédie romantique ?

Fight Club est décrit par son scénariste Jim Uhls comme une “comédie romantique” dans laquelle le narrateur et Marla Singer (Helena Bonham Carter) tentent de maintenir une relation amoureuse “qui fonctionne pour eux car ils sont psychologiquement marginalisés” au début la relation entre les deux personnages “Tout cela, l’arme, les bombes, la révolution, une relation avec une fille nommée Marla Singer” fait appel au narrateur, qui a notamment inventé un double pour combler le manque de confiance trouvé dans le Elle l’emporte dans son échange avec Marla, retrouvée dans des groupes d’entraide pour patients cancéreux.

Basé sur des mensonges (toute personne qui prétend être une personne malade qui ne l’est pas), le film dans son ensemble peut être lu comme une série de malentendus et de malentendus sentimentaux entre les deux personnages. L’appariement des désirs est ainsi rendu longtemps impossible par le fait que le narrateur ne sait pas qu’il est en couple avec Marla et qu’il couche avec elle, et croit jalousement qu’elle a une relation avec Tyler Durden.

Agressive au début (“C’est ma maison, qu’est-ce que tu me fais?”) Puis elle fuit la conversation quand elle lui demande ce qu’il veut dire par le mot “nous”. Le narrateur aura besoin de nombreux tests d’initiation pour enfin reconnaître les sentiments qu’il a envers Marla. La séquence finale, dans laquelle le couple pense aux explosions en se tenant par la main, ressemble à un spectacle romantique, tandis que la confession d’Edward Norton “Tu m’as rencontré à un moment très étrange de ma vie” permet de repartir vers un nouvel horizon amoureux, malgré tous les tourments passés.

Le making of du film Fight club


Les données clés du film

  • Titre original Fight Club
  • Réalisation David Fincher
  • Scénario Jim Uhls
  • d’après l’œuvre de Chuck Palahniuk
  • Acteurs principaux Edward Norton, Brad Pitt, Helena Bonham Carter
  • Sociétés de production Fox 2000 Pictures Regency Enterprises
  • Pays d’origine États-Unis
  • Genre Drame – Thriller, Satire sociale
  • Durée 139 minutes
  • Sortie 1999

Pour finir, le film en accéléré

Dans la série des trucs qui servent à rien si ce n’est se faire plaisir, ben y a celui là : Welcome to Fight Club Le film “Fight Club” raconté en accéléré. Really Dim a voulu réaliser une nouvelle version du célèbre film Fight Club, réalisé par David Fincher et adapté du livre de Chuck Palahniuk. Sa version à elle est une version accélérée de tout ce qui se passe dans le film : de la rencontre du héros (incarné par Edward Norton) avec Tyler Durden (interprété par Brad Pitt) et l’énigmatique Marla Singer (Helena Bonham Carter) à la fin chaotique que nous connaissons tous, en passant par l’ouverture du Fight Club.

Vous ne connaissez pas les réalisations du photographe de concert Eric CantoDécouvrez ses photos, ses pochettes d’albums et ses autres réalisations

Visitez le portfolio du photographe Visitez le blog Visitez le shop Contact

 
Articles similaires
DAFT PUNK : L'histoire d'un mythe 5

LES DAFT PUNK SE TIENNENT SUR UN HÉLIPORT... surplombant le centre-ville de Los Angeles alors que des boules de feu Read more

Rolling Stone magazine 6

Rolling Stone magazine est un mensuel américain qui se concentre sur la culture populaire et plus spécialement sur la musique. Read more

AC/DC Power Up - l'interview exclusive du groupe 7

Angus Young, Brian Johnson et Cliff Williams parlent enfin à propos de la résurrection d'AC/DC Power Up. Ils viennent de Read more

The Rolling Stones de 1964 à 2020 8

The Rolling Stones :"le plus grand groupe de rock & roll du monde" Au moment où les Rolling Stones ont Read more

error: