La mode a perdu le mardi 19 février 2019 une de ses étoiles : Karl Lagerfeld. S’il détestait être photographié. Le créateur est souvent passé derrière les boîtiers photos pour shooter ses collections, mais aussi développer un univers bien particulier. Karl Lagerfeld, décédé à l’âge de 85 ans laisse derrière lui plusieurs carrières.

Karl ne s’est pas contenté de la couture. En véritable touche-à-tout, il s’est également essayé à l’illustration, l’édition ou la photographie. Car si nous connaissons Karl Lagerfeld comme créateur et directeur artistique de la maison Chanel, comme beaucoup d’autres génies créatifs, Karl Lagerfeld était également passionné par la photographie.

 

Karl Lagerfeld photographe

Karl Lagerfeld photographe

Karl Lagerfeld photographe

Karl Lagerfeld photographe

 

Karl Lagerfeld photographe : Un esthète de la photo

C’était un véritable amoureux de la photographie. Il était fasciné par les clichés de mode du photographe Irving Penn, ou encore André Kertész.

Karl Lagerfeld commence à s’intéresser à la photographie à partir des années 1980 alors qu’il prenait en charge les collections de la maison de haute couture Chanel.

Dans son travail, Karl aimait tout contrôler. Il s’était occupé des campagnes publicitaires de la marque. Il a non seulement dirigé la production, mais a pris la caméra – généralement Hasselblad – pour gérer le cadrage. Bien sûr, une armée d’assistants était présente pour traiter les dossiers, mais Karl était partout.

Karl Lagerfeld photographe

Karl Lagerfeld photos

Karl Lagerfeld photographe et Hasselblad

Photographe exigeant (avec des budgets confortables), il a photographié principalement au moyen format. De nombreuses photos ont été prises avec des caméras Hasselblad H4X, mais équipées de dos  Phase1 (les assistants veulent travailler avec Capture One …).

Le créateur allemand créera également une sorte de lien avec la marque photo suédoise: Karl Lagerfeld achètera plusieurs Lunars pour  offrir à ses proches et sera l’un des premiers à utiliser une marque hybride moyen format : Hasselblad X1D.

En plus des campagnes de pub, Karl Lagerfeld photographe a également développé son univers, réalisant des nus, des portraits et des paysages. Au cours des années, Karl Lagerfeld s’est essayé à tous les sujets photographiques. Amateur de noir et blanc , Karl Lagerfeld photographe n’hésite pas à expérimenter la pratique photographique de multiples façons. Les peintures, raffinées et élégantes, différentes par leur style, évoquent toutes l’extravagance et le mystère, la puissance et l’équilibre, caractéristiques de Karl.

Grâce à ses photos, le Karl Lagerfeld photographe recrée son propre monde. Certains disent qu’il appartient à un monde sophistiqué et même à un univers excentrique.

 

Lagerfeld photographe

Lagerfeld photographe

 

Karl Lagerfeld photographe et la reconnaissance. 

Il a été régulièrement invité à de grands événements culturels autour de la photographie, comme le Salon de la photo en 2011, où il a présenté de nombreux portraits de personnalités..

Son travail de photographe est utilisé à de nombreuses reprises dans les campagnes de pub pour les maisons qu’il dirige ou dans les magazines de mode. Il a reçu le prix culturel de la German Photographic Society ou encore le Lucky Strike Design Award de la Fondation Raymond Loewy et L’éditeur Steidl a publié la plupart des catalogues de photos de Karl Lagerfeld.

 

Karl Lagerfeld photographe et les expositions.

Dès le début, Karl Lagerfeld photographe s’est intéressé autant aux expositions, qu’aux techniques d’impression qu’aux compositions elles-mêmes. Pour lui, une photo n’est pas seulement une image, mais un objet visuel dont l’identité dépend des techniques qui l’ont fait naître. Lors de son exposition «Karl Lagerfeld, A Visual Journey» à la Pinacothèque de Paris en 2016, il présentait tout l’éventail de ses techniques photographiques.

On y pouvait admirer simplement la grande variété des motifs, l’interprétation subtile et très personnelle des photographies de Karl Lagerfeld photographe. “Les gens veulent souvent savoir quel est mon style concernant le photo. Je ne sais pas, admet-il. Je n’ai pas un style, mais plusieurs ou encore… aucun. Pour moi l’immobilisme est ce qu’il y a de pire : dans la vie, dans la mode, dans la photo. ”

 

Lagerfeld photos

Karl Lagerfeld photos

 

Karl Lagerfeld photographe et l’édition.

Karl Lagerfeld a publié de nombreux livres photo publiés par l’éditeur allemand Gerhard Steidel. L’architecture, le corps humain et le monde du luxe sont ses principaux sujets. En 1996, il a remporté le prix culturel de la Société photographique allemande. Il est également propriétaire de la librairie 7L – spécialisée notamment en photographie – et de la maison d’édition du même nom, rue de Lille dans le 7e arrondissement. Grand lecteur (sa bibliothèque personnelle compte environ 300 000 livres) 66, il achète 400 nouveaux livres par mois (en anglais, français et allemand), qu’il distribue dans ses résidences de Biarritz, Paris, Rome, Monaco ou New York.

 

Karl Lagerfeld photographe : Livres de photographies et de mode

  • Big nudes, photographies d’Helmut Newton ,  Munich, Schirmer-Mosel, 1990, 88 p.
  • Photographies, préface Patrick Mauriès, Paris, Contrejour, coll. « Cahier d’images », 1991, 55 p.Livre de photographies publié à l’occasion de la rétrospective et du lancement de son parfum Photo.
  • Mes plus belles photos, 1994
  • Claudia Schiffer, photographies de Karl Lagerfeld, Paris, Éditions n°1, 1995, [116] p. 100 photographies de la top model Claudia Schiffer, choisies par elle, prises par Karl  en marge des séances de pose des campagnes publicitaires Chanel.
  • Off the record, 1995
  • L’Allure de Chanel, Paul Morand, ill.  Paris, Hermann, 1996, 210 p. L’histoire visuelle et textuelle d’une époque et d’une mode où se croisent l’intelligentsia parisienne des années 1920 et Coco Chanel.
  • Visionen, 1999
  • Casa malaparte, 1998
  • Tadao Vitra House, 1999
  • Escape from Circumstances, 2000
  • Akstrakt, d’Eric Pfrunder, Göttingen, Steidl Verlag, 2000, non paginé.
  • Alan Seeger, the complete works, 2001
  • Villa Noailles, 2001
  • Portfolio, 2002
  • Waterdance bodywave, 2002
  • Les Vases de Ciboure : l’illusion de l’idéal, Karl Lagerfeld, Göttingen, Steidl, 2005, [62] p.
  • Back stage and front row, 2005
  • 7 fantasmes of a woman, 2006
  • Konkret Abstrakt Gesehen, 2007
  • Metamorphoses of a American, 2008
  • Trait par Trait, 2008
  • Abstract Architecture, 2008
  • You can leave your hat on, 2008
  • Modern Italian Architecture, 2008
  • Come Back of Aymeric Brias, 2010
  • Chanel : sa vie, Justine Picardie, trad. Lionel Leforestier, ill.   Göttingen, Steidl, 2011, 395 p.
  • Passion papier : parfum, Geza Schoen, Gerhard Steidl,  Günter Grass, Tony Chambers, trad. Lionel Leforestier, Göttingen, Steidl, 2012. Livre, de différents auteurs dont Kars, dans lequel se trouve un flacon du parfum Passion papier du créateur Geza Schoen inspiré par l’arôme de l’encre et du papier.
  • La Petite veste noire : un classique de Chanel revisité, Karl  et Carine Roitfeld, Göttingen, Steidl, 2012. K. Lagerfeld et la styliste C. Roitfeld réinterprétent librement la petite veste noire de Chanel portée par différents acteurs, musiciens, modèles ou créateurs de mode.
  • Choupette : la vie enchantée d’un chat fashion, photogr.  Lagerfeld, édité par Patrick Mauriès & Jean-Christophe Napias, Paris, Flammarion, 2014, 123 p.
  • Second floor, Sam Taylor-Johnson, textes de Justine Picardie et K Lagerfeld, Göttingen, Steidl, 2014, 64 p.
  • Chanel shopping center, Göttingen, Steidl, 2015, 160 p. Défilé Chanel automne-hiver 2014-2015 au
  • Grand Palais à Paris.
  • L’Agenda selon Karl : 2015, édité par Patrick Mauriès et Jean-Christophe Napias, création graphique et ill. Charles Ameline, Paris,
  • Flammarion, 2014, . Agenda 2015 avec des aphorismes de K. Lagerfeld et les dates des temps forts de la mode : Fashion week, défilés Chanel, etc.

 

Karl Lagerfeld photographie

Karl Lagerfeld photographie

 

 


 

Eric CANTO Photographe : Photos de concert , portraits, pochettes d’album.

 

Visitez mon portfolio Visitez le blog Visitez le shop Contactez moi

 

 

Interview de KARL LAGERFELD sur son approche de la photographie 

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Comment j’ai commencé en photo est, en quelque sorte, la clé de toute mon approche de la mode. Je pense que le photographe peut tout faire. Vous n’êtes pas le meilleur photographe ou une créature moche et pauvre uniquement parce que vous faites des dossiers de presse. 

L’une des raisons pour lesquelles j’ai commencé était les dossiers de presse – aucun photographe célèbre ne voulait les faire. Une saison, trois photographes différents ont réalisé les dossiers de presse. Les trois fois, le travail est allé à la poubelle et j’ai dit: «Ça suffit. 

C’est comme ça que j’ai commencé. Les dossiers de presse ne sont pas amusants, car ils doivent être en noir et blanc et manipulés de manière à pouvoir être utilisés pour les quotidiens. Les dossiers de presse doivent être préparés une semaine à dix jours avant la fin de la collection.

Très souvent, je photographie des robes inachevées, donc je dois savoir comment les falsifier, comment les faire paraître finies. C’était il y a quatre ans et demi, mais j’étais déjà préparé pour cela. 

Je dessine très bien. J’ai dessiné des portraits toute ma vie. Quand j’étais enfant, je voulais être portraitiste. Anna Piaggi, la rédactrice de mode italienne, a publié un livre de plusieurs de ces dessins que j’ai réalisés. Esquisser et disposer les choses est, pour moi, ce que j’ai toujours voulu.

ANDREW WILKES: Parlez-moi de votre photographie.

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Je fais beaucoup de portraits de société et de portraits pour la royauté. Ces amis utilisent les photographies pour eux-mêmes – pour leurs maisons, pour leurs amis. Ils commandent une centaine de tirages. Je fais mon portrait avec un Sinar 8 x 10. J’emploie souvent des décors très étranges. Je montrerai vingt portraits lors de ma prochaine exposition. 

C’est quelque chose de très spécial. Il n’y a qu’une impression de chaque négatif et elle appartient au sujet. Lors de ces expositions, rien n’est à vendre. D’autre part, pour une exposition caritative à la Hamilton Gallery de Londres, cinquante-neuf photos étaient à vendre, et toutes ont été vendues le jour de l’ouverture.

AW: Collectionnez-vous la photographie?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Oui. Je collectionne des œuvres de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Steichen, Stieglitz, un petit baron de Meyer-j’en ai un beau. Aussi, Käsebier, Demachy, Paul Citroen, Kertész, Coburn, Kühn, Munkácsi et Early Lartigue. Les Lartigues m’ont été données en cadeau. En fait, une grande partie de ma collection de photos est constituée de cadeaux, c’est sans fin. J’adore Paul Strand et Minor White. Je collectionne également Helmut Newtons, des tonnes. 

Très beaux et énormes. La dernière chose que j’ai reçue de lui était une belle photo de David Lynch et d’Isabella Rossellini où Lynch avait la main d’Isabella dans sa main – une merveilleuse photo. Aujourd’hui, je pense que je préfère collectionner la photographie plutôt que de collectionner des peintures. Les nouveaux artistes tels que Peter Lindbergh , Bruce Weber et Steven Meisel -ils sont mes favoris pour le moment.

AW: Pensez-vous que la photographie de mode devient aussi précieuse que la photographie fine?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Pour moi, les photos à l’ancienne sont des œuvres d’art. Steichen, par exemple. Qu’est-ce qui est aussi beau qu’un Steichen? Il est peut-être devenu un produit commercial inférieur car il y avait trop de tirages disponibles.

AW: Pensez-vous que la photographie est un art? Une photographie peut-elle se comparer à un Monet ou à une trémie?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Pour moi, les photographies modernes me touchent personnellement car elles datent de mon époque. Monet se sent loin de moi maintenant. Les photographes du début du XXe siècle sont aussi bons que Monet et les autres peintres d’une certaine manière – mais il ne faut jamais comparer – c’est comme [comparer] la sculpture et la peinture – c’est autre chose.

AW: À quoi ressemble un tournage de Lagerfeld? Préférez-vous le contrôle d’un studio ou la spontanéité du travail de localisation?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : J’ai de très mauvaises habitudes de travail. Parfois, je commence à dix heures du soir et à dix heures du matin, je travaille toujours. Je peux être lent, enfin pas lent, mais cela prend beaucoup de temps. Je ne crois pas à ces emplois de trente-cinq minutes. 

J’ai une grosse équipe. Nous sommes souvent entre quinze et vingt personnes; maquilleurs, stylistes, mannequins, éclaireurs. Je travaille avec presque toutes les personnes avec qui j’ai commencé à travailler depuis le début. Vous ne pouvez pas passer des nuits et des jours avec des gens que vous n’aimez pas ou que vous ne connaissez pas. Je ne veux pas. Je n’ai pas à le faire. 

C’est amusant d’être dans un studio et je pense que c’est amusant d’être à l’extérieur. En fait, j’aime beaucoup être à l’extérieur, mais il y a des photos qui nécessitent une toile de fond. Vous savez, ces décors sont des tableaux qu’un peintre de scène parisien fait pour moi. Une toile de fond comme celle-ci coûte entre 5 000 $ et 10 000 $. Il était autrefois très célèbre et avait du mal à faire des copies de vraies peintures. Il est incroyable.

 

AW: Aimez-vous les restrictions sur votre travail lorsque vous tirez pour Chanel ou KL, et vous imposez-vous des restrictions?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Oui. Je suis le photographe mais aussi le client, et je suis dans la merveilleuse position d’être au centre de ma propre vie. Pour Chanel, Fendi et KL, je peux faire ce que je veux. De nombreux photographes ne peuvent pas décider, même avec de gros budgets, ce qu’ils veulent. 

Mes restrictions sont mes propres restrictions. Je sais ce qui entre dans la poubelle et ce qui ne marche pas. Après tout, nous sommes en affaires, et mieux c’est, plus d’argent je peux faire d’autres choses. Je peux donc me permettre de jouer plus et d’expérimenter avec moins de projets commerciaux.

AW: Alexander Liberman a commenté le plaisir de «l’accident» en photographie. L ‘«accident contrôlé ou non planifié» est le domaine de la photographie qui, selon lui, permet la découverte. Que pensez-vous de ce genre d’excitation ou de spontanéité?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Oui, j’adore l’idée, mais on ne peut jamais dire que cela arrivera. De toute évidence, vous ne pouvez pas vous y préparer. Je pense que c’est encore plus intéressant quand vous avez, sur votre film, un événement étrange que vous n’avez pas vu vous-même. 

Cela peut être un accident avec de la lumière ou autre chose. Souvent, vous obtenez quelque chose auquel vous n’aviez jamais pensé auparavant. La plupart de mes photos commencent cependant sous forme de croquis. Je n’entre pas trop dans les surprises. Surtout, je veux exactement ce que j’avais prévu.

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Conceptualisez-vous votre photographie de mode?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Oui. Je regarde le produit. Je sais à quoi doit ressembler la photo pour avoir raison. Je suis mon propre client et pour Chanel, ils aiment ce que je fais. En fait, Chanel veut montrer les robes, mais je fais attention à être différent, beaucoup plus subtil, car je veux que l’image soit différente. 

Par exemple, mon travail pour Fendi est très différent. Il est basé sur des contes de fées allemands et russes ou sur une humeur comme celle que l’on retrouve dans les peintures De Chirico.

AW: La photographie de mode, ainsi que la conception de vêtements, emprunte donc directement aux beaux-arts et à la culture populaire. Prêtez-vous attention à la musique pop, aux vidéos, aux films et à la culture de la rue comme sources d’humeur et d’inspiration?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Tout me donne de l’inspiration. Je pense que Madonna est divine. Je pense qu’elle l’est. Je ne suis pas sûr d’être le bon photographe pour elle; mais je pense qu’elle est géniale. Tous ces domaines de la culture populaire ont contribué à rattraper les années 80. Je ne crois pas aux yeux fermés. Je suis comme une antenne sur un immeuble, je reçois toutes ces images.

AW: La photographie de mode américaine semble traiter de la représentation graphique des vêtements, tandis que l’européenne traite plus souvent de l’humeur ou de la fantaisie. Connaissez-vous la source de cette différence? Est-ce que «voir» les vêtements cesse de compter?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Il y a une explication très simple. L’Amérique est plus orientée vers le marché que l’Europe. Les cadres européens dont les entreprises ont des vêtements intéressants et qui commandent de grands photographes n’ont pas le budget pour faire de grandes campagnes publicitaires. 

Si vous n’avez qu’une ou deux pages, vous feriez mieux de créer une atmosphère. D’un autre côté, si vous avez des centaines de pages, comme avec Chanel, vous pouvez montrer les robes. KL est moins commercial de cette façon, mais vous pouvez toujours voir la robe. Je fais plus de travail atmosphérique avec ma photographie personnelle.

AW: Parlons de la photographie commandée / commerciale. Habituellement, une photographie de mode a des limites commerciales. De nombreux critiques estiment que c’est ce qui sépare le travail commercial de la photographie fine. Quelle est votre opinion et quelles limites trouvez-vous en photographiant?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Vous savez, une commission n’est pas quelque chose qui rend la photo moins attrayante. Le photographe qui est très honnête, même avec une commission, fera un effort particulier. Le travail est un travail et le travail commandé est un travail valide. 

Parfois, avec une commission, vous devez ériger des murs; je pense que c’est très sain. Si tout est ouvert, le choix est trop illimité. Helmut Newton dit toujours qu’il aime les restrictions. De nombreux emplois publicitaires d’Helmut valent autant que son travail personnel pour des expositions, des livres ou des portraits. 

Mais Newton s’en fiche parfois et il n’aime plus la mode. Et le drame de la mode est que si vous n’aimez plus la mode, elle ne vous aime pas. On peut même perdre contact avec le «sentiment» de mode car on peut penser qu’on a plus de vision de la femme que des vêtements, mais le goût des gens pour les femmes change. 

Je pense que le professionnel qui n’aime pas la mode ou pense que la mode n’est plus intéressante devrait en sortir. Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas un bon photographe, mais qu’il n’est plus un bon photographe de mode. Souvent, les photographes de mode qui deviennent bien connus créent un moule par lequel ils pensent qu’ils sont trop bons pour le travail. 

Ils doivent se rappeler qu’on se souviendra d’eux non pas pour ce qu’ils font plus tard dans un genre différent, mais pour ce qu’ils ont fait au plus fort de leur renommée en tant que photographes de mode.

AW: Il existe souvent une relation privilégiée entre un photographe et un designer. Avec qui avez-vous travaillé à ce niveau?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Helmut Newton, Bruce Weber, Peter Lindbergh.

AW: Préférez-vous la photographie en noir et blanc ou en couleur?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Je préfère le noir et blanc, mais ce que j’aime aussi, c’est peindre à la main des photos.

AW: Vous faites votre propre teinture?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Oui, je le fais surtout avec mes portraits sociaux et avec des cadeaux à des amis. J’ai fait une impression pour la princesse Caroline de Monaco et cela a pris dix heures. Cela prend tellement de temps que je n’en possède même pas moi-même.

AW: Avec quelles caméras travaillez-vous actuellement?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Pour moi, un appareil photo est le jouet de tous les adultes aujourd’hui. Tout le monde a un appareil photo, c’est l’un des rares jouets que les adultes peuvent avoir. 

J’ai un Sinar 8 x 10, qui est mon plus récent. Mais j’ai fait presque tout mon travail avec un Hasselblad. J’adore le Leica 6. J’aime le toucher physique et le bruit. Je pense qu’un appareil photo est quelque chose de très physique.

AW: Avez-vous tourné beaucoup de films en même temps?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Très peu. Mes assistants me poussent parfois à en faire plus. J’ai une vision de la chose et non deux. Je ne suis pas un photographe qui tourne trois cents rouleaux de film.

AW: Votre imprimante est à Paris?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: J’ai deux imprimantes pour ma couleur et une pour le noir et blanc. J’ai mes photos imprimées sur du papier à dessin Canson Mi-Teintes. Une imprimante spéciale fait mes impressions couleur pour les expositions; parfois les photos font deux mètres de haut.

AW: Quel rôle pensez-vous que la photographie de mode jouera dans les années à venir?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE: Vous savez, je ne sépare pas les photographies de mode de la photographie fine. Ils font partie de la même chose. Il y aura sans aucun doute de grands nouveaux photographes.

AW: Le travail commercial peut-il être important après le moment de son impact initial? Est-ce que ce travail restera important et continuera d’avoir une valeur durable?

KARL LAGERFELD PHOTOGRAPHE : Si c’est bon, c’est possible, et quand les gens oublient que c’était à l’origine de la publicité ou de la rédaction. Regardez, de nombreuses photographies recueillies aujourd’hui ont été commandées pour des magazines. 

Simplement, tout ce qui est bon survivra; le reste doit aller à la poubelle. Tout bon photographe peut faire de la mauvaise photographie à cause d’une humeur, du mauvais climat, de l’atmosphère ou du produit. Mais les bonnes photos perdurent.

Interview tirée des archives d’Aperture Magazine – Hiver 1991

 

Articles similaires
Yann Arthus-Bertrand Exposition 3

Des photos prisent du ciel aux portraits plus intimes, Yann Arthus-Bertrand, réalisateur, photographe et défenseur de la planète, revient sur  50 Read more

erwin-olaf-photographe-

Erwin Olaf (né en 1959 à Hilversum, Pays-Bas) est apparu sur la scène artistique internationale avec sa série Chessmen, qui a Read more

Patrick Demarchelier 4

Patrick Demarchelier est l'un des photographes de mode les plus convoités au monde. Il a créé des portraits emblématiques et Read more

Irving Penn 5

Irving Penn était l'un des grands photographes du XXe siècle, connu pour ses images saisissantes et ses portraits. Bien qu'il Read more

error: