Beastie Boys Story

Un premier teaser ultra efficace pour le documentaire de Spike Jonze : Beastie Boys Story. Le réalisateur de Her accompagne les Beastie Boys depuis des années et a réalisé certains de leurs clips. L’histoire d’amour entre Spike Jonze et les Beastie Boys remonte à plusieurs années.

Le réalisateur de Her and In the Skin de John Malkovich a rencontré les Beastie Boys au début des années 1990. Ils ont ensuite travaillé plusieurs fois ensemble, sur des clips comme “Ricky’s Theme”, “Root Down” ou même “Sabotage“. À l’occasion du 25e anniversaire de la sortie de l’album Ill Communication, Spike Jonze a produit un documentaire intimiste qui retrace l’histoire du groupe.

Le réalisateur a pu accompagner Mike D (Mike Diamond), Ad-Rock (Adam Horovitz) et feu MCA (le musicien décédé d’un cancer en 2012) dans leur vie quotidienne pendant plusieurs années.

Le premier teaser ultra-efficace du documentaire Beastie Boys Story vient de sortir. Vous pouvez y voir les trois Mc de l’autel à leurs débuts, dans des sessions hip-hop improvisées et dans des clips. Mike D et Ad-Rock apparaissent alors plus âgés sur une immense scène de théâtre devant un public de fans.

“Bonjour à tous! Ce que nous allons faire ici, c’est que nous voyagerons loin, très loin dans le temps!”, entend-on en arrière-plan. Quelque chose qui vous met l’eau à la bouche.

Le film sera disponible dans certaines salles IMAX à partir du 3 avril et sur Apple TV + à partir du 24 avril Les Beastie Boys ont développé une approche et un style qui va de quinze ans de punk rock animé au hip-hop, un style ouvert et particulié. Loin d’être des adolescents douteux, ils ont redéfini la jeunesse: une secte cool ouverte à tous et qui a entre 7 et 77 ans. La discographie des Beastie Boys est sans faille.

Beastie boys story

Beastie boys Story

Le début des Beastie boys

Hiver 1981: Un obscur groupe punk de New York enregistre une chanson forte à huit pistes pour un magasin de disques hardcore dans l’East Village de New York: le certificat de naissance en vinyle des beastie boys, Polly Woog Stew, une naissance époustouflante. Mars 1982: Le groupe, dont la composition est encore incertaine, troque ses singles hardcore contre le maxi rap de Sugarhill.

Adam Horovitz a ensuite accompagné Mike D., Adam Yauch et Kate Schellenbach a la batterie  (maintenant avec Luscious Jackson) pour enregistrer le Single Cookie Puss, une farce téléphonique dans la cour de récréation qui lorgne ouvertement vers le hip-hop. À partir de là, “nous avons laissé tomber nos instruments et commencé à faire des MCs”, explique Mike D. Encore une fois, nous prouvons que le punk mène à tout lorsque vous le quittez.

License to ill  (Def Jam, 1986)   

“Fight for your right to party / Your father was caught smoking ¬ he said “No way” / Now your mother threw » (fight for your rights). Concentré de manière particulièrement explosive sur la colère des jeunes, le premier album des Beastie Boys, précédé du tonnerre Maxi Rock Hard (1984), est le tout premier.

Insolent, provocateur et sexiste, des paroles bruyantes plutôt stridentes, associées à une collision sonore titanesque entre le heavy métal et les rythmes hip hop. Rick Rubin, co-fondateur du label Def Jam, qui a signé le trio Thug sous contrat, n’est pas étranger à cette effraction brutale de riffs de tartre dans le chaudron de rap Horovitz aujourd’hui.

Rick Rubin, l’architecte sonore du duo mémorable de Run DMC avec Aerosmith on Walk, a l’intention d’utiliser sa vision musicale élargie pour servir une approche entre deux clans qui est incompatible dès le départ, mais qui est similaire à bien des égards: les cheveux métalliques et que B-Boys.

Avec ce Licensed to Ill, le premier album de rap dans les charts américains, qui étonnera encore et encore douze ans plus tard, il connaîtra un brillant succès.

 

 

Avec un paradoxe, la batterie de John Bonham (Led Zeppelin) à l’ouverture. Au niveau de l’enregistrement,  Adam Horovitz voulait  rendre un hommage au Zeppelin sur New Style (“Si j’étais guitariste, je serais Jimmy Page”), Page ne l’entendra pas de cette oreille quand il découvrira son riff de The Ocean sur le disque. L’affaire est finalement réglée à l’amiable pour une dizaine de dollars.

Si un bon nombre de B-boys sont immédiatement conquis par ce feu  contagieux, une partie de la jeune nation hip-hop fronce les sourcils face à ce rappeur blanc de blancs (juifs et aussi de bonnes familles) dont le succès écrasant leur rappelle le succès, la réappropriation opportuniste dont le jazz et le rock étaient déjà victimes.

Surtout, contrairement au “message” politique qui commence à émerger dans le hip-hop (l’émergence des groupes de rap les plus engagés, Public Enemy, n’aura lieu que l’année suivante), ces escrocs lubriques  à l’humour d’écolier, qui n’ont apparemment d’autre souci que de revendiquer “le droit de faire la fête”.

C’est le début de l’aventure de l’un des groupes les plus importants de ces trente dernières années.

Le , Adam Yauch, âgé de 47 ans ,meurt après une bataille de trois ans contre le cancer. Le groupe décide de ne pas survivre à la perte d’Adam. Le , Mike D annonce la fin définitive du groupe : Nous ne sommes plus capables de tourner depuis que MCA, Adam Yauch, est mort […] nous ne pouvons pas faire de nouveaux morceaux.

beastie boys story

beastie boys story

 


 

Membres des Beastie Boys

Anciens membres des Beastie boys

John Berry – guitare (1981–1982)
Mike D – chant, batterie (1981–2012)
Kate Schellenbach – batterie, percussions (1981–1984)
MCA – chant, basse (1981–2012)
Ad-Rock – chant, guitare (1982–2012)

Membres de tournée

DJ Double R – DJing (1984–1985)
Doctor Dré – DJing (1986)
DJ Hurricane – DJing (1986–1997)
Eric Bobo – percussions (1992–1996)
Money Mark (Mark Ramos-Nishita) – clavier, chant (1992–2012)
AWOL – batterie (1994–1995)
Alfredo Ortiz – batterie, percussions (1996–2012)
Mix Master Mike – DJing, platines, chœurs (1998–2012)

 

Discographie des Beastie Boys

1986 : Licensed to Ill
1989 : Paul’s Boutique
1992 : Check Your Head
1994 : Ill Communication
1996 : The In Sound From Way Out
1998 : Hello Nasty
2004 : To the 5 Boroughs
2007 : The Mix-Up
2011 : Hot Sauce Committee Part Two

 


 

Eric CANTO Photographe : Photos de concert, portraits, pochettes d’album.

 

Visitez mon portfolio Visitez le blog Visitez le shop Contactez moi

 

 

Bonus : Interview du NY Times, Les Beastie Boys posent le micro et ramassent le stylo

Après la mort d’Adam Yauch, Michael Diamond et Adam Horovitz ont travaillé pour capturer l’esthétique et l’héritage du groupe révolutionnaire sur la page. Voici comment ils l’ont fait.

Michael Diamond (Mike D) des Beastie Boys (à gauche) et Adam Horovitz (Ad-Rock) ont tenté de définir leur propre héritage dans leur «Beastie Boys Book».Crédit…Brad Ogbonna pour le New York Times

L’histoire commence – ou peut-être se termine – avec trois gars au début de la cinquantaine qui traînent dans un bel après-midi de fin d’été, buvant du café glacé et parlant de combien ils aiment le Clash, et à quel point c’est étrange que l’hôtel encombré de célébrités où ils Être assis est juste en haut du bloc de là où CBGB était à l’époque. Des trucs de papa.

Deux des papas, cependant, sont les membres survivants des Beastie Boys: Adam Horovitz, avec des cheveux gris surélevés et un T-shirt blanc avec un léger graffito sur le devant; et Michael Diamond, vêtu d’un bouton rouge vif, ses cheveux toujours sombres, son visage froissé et bronzé après des années de vie dans le sud de la Californie. Ad-Rock et Mike D, en d’autres termes.

Le troisième Beastie, Adam Yauch – MCA, la conscience, le chaman et l’épine dorsale intellectuelle du groupe – est décédé en 2012 après une bataille de trois ans contre le cancer des glandes salivaires. Son absence, six ans plus tard, est un fait palpable dans la salle. Son nom revient souvent dans la conversation, comme dans le nouveau livre qu’Horovitz et Diamond ont écrit.

Appelé «Beastie Boys Book» (bien que la page de couverture puisse vous faire croire que le véritable titre est «PIZZA»), c’est un butoir de 571 pages et une pierre tombale, un recueil d’anecdotes, de recettes, de riffs espiègles et d’histoires de chiens hirsutes et une élégie sincère à un ami très regretté.

Le volume, plein de photographies et de bandes dessinées anciennes, avec une multitude de polices et de mises en page, est un summa non musical de l’esthétique Beastie.

Histoire personnelle, folklore des bus de tournée, geek de studio et drame générationnel qui convoque une liste impressionnante de témoins, y compris les écrivains Jonathan Lethem, Ada Calhoun et Colson Whitehead, la comédienne / actrice Amy Poehler et divers collègues musiciens.

Certains comptes sont réglés, du bœuf est écrasé, et sans aucun doute, certaines affaires laides sont aérographiées ou sautées. Un mauvais comportement est reconnu; La bonne foi des alliées féministes est maintenue. Puisqu’il n’y aura plus de nouvelle musique de Beastie Boys, cet album aidera à consolider un héritage tentaculaire et compliqué.

La construction de monuments n’est pas quelque chose que vous attendez nécessairement des Beasties, qui ont construit leur carrière par irrévérence, sournoiserie et cool discret. Au début, au début des années 1980, le nom était un acronyme pour Boys Entering Anarchistic States Toward Internal Excellence, écrit Diamond, et la programmation comprenait une fille, Kate Schellenbach.

Le groupe est passé du hardcore au hip-hop lorsque le rap ressemblait plus à une mode qu’à une force dominante de la culture pop. Ils étaient puérils et profanes puis, d’une manière ou d’une autre, dans les années 90, des musiciens sérieux avec quelque chose à dire et des innovations surprenantes à apporter. Yauch était une bouddhiste et une féministe affirmée.

Leur vidéo “Sabotage” de 1994 , réalisé par Spike Jonze, était un jetable rétro loufoque qui a contribué à transformer le genre.

 

Les beastie boys ont pratiqué l’extension de marque multiplateforme avant que ces mots horribles ne deviennent une monnaie culturelle. Ils étaient conscients de la mode, de la nourriture et du graphisme, ils ont trouvé de l’art et de vieux «médias physiques» étranges au moment où le genre numérique commençait à les balayer.

«J’écoute de la cire / je n’utilise pas le CD», se vantait Mike D dans «Sure Shot» en 1994, anticipant la reconquête millénaire de la suprématie du vinyle d’une décennie ou plus.

À peu près au même moment, ils ont lancé un magazine appelé Grand Royal qui était aussi une sorte de label de disques et aussi une sorte de magasin de consommation de style de vie et aussi une sorte de club-house où l’on pouvait se sentir à la fois comme un noob et un savant.

C’était comme un site Web, mais sur papier. Idiot et à faire soi-même, il avait le sens désarmant, improvisé et ressemblant à ce que j’ai trouvé, de l’intégrité artistique qui est au cœur de l’héritage de Beastie.

Cet héritage entre les couvertures rigides ne ressemble pas beaucoup à un mémoire de rock star standard. À la manière d’apt Gen X, c’est plus drôle et plus modeste que les best-sellers des héros musicaux des baby-boomers. Nous en avons parlé tous les trois et de bien d’autres choses. Ce sont des extraits édités de la conversation.

Alors, comment est né le livre?

MICHAEL DIAMOND des beastie boys : C’est mieux que de nous faire tenter une comédie musicale à Broadway, je pense.

ADAM HOROVITZ Whoa.

DIAMOND des beastie boys : Yauch, quand nous étions enfants, il adorait «The Kids Are Alright», le documentaire Who. C’était comme une obsession.

Et donc il était intéressé, lorsque nous travaillions sur «Hot Sauce Committee» ou même un peu avant cela, à rassembler des documents d’archives dans un projet de type documentaire. Ensuite, il a été question de quelqu’un qui ferait un livre sur le groupe, alors nous étions en quelque sorte comme, nous devrions nous rassembler et le faire.

Puis Yauch est mort et nous étions trop tristes et ce n’était certainement pas le moment pour nous d’y toucher. Et puis nous y sommes retournés et cela a traversé différentes manifestations. Nous avons commencé avec l’idée d’amener les gens qui étaient autour du groupe et nos amis et personnes impliquées à différents moments à raconter l’histoire.

Qu’est-ce que vous vouliez le plus que ce ne soit pas?

DIAMANT des beastie boys : Nous ne voulions certainement pas que ce soit comme une autobiographie rock typique. «Je suis monté dans le bus un jour et il y avait un garçon qui jouait de la guitare et il s’est avéré qu’il s’agissait de John Lennon.

HOROVITZ des beastie boys : Bien que ce serait génial – dans une histoire sur les Beastie Boys. Nous ne voulions pas faire le truc où ces autobiographies sont comme un tas de trucs, puis quelques photos, et plus de trucs, et plus de photos.

DIAMANT des beastie boys : Voici 20 pages de nous quand nous grandissions. Voici 20 pages quand nous devenons célèbres. Voici 20 pages quand nous sommes célèbres et voici 20 pages après que nous ne pouvions pas nous supporter et maintenant j’ai écrit toutes ces choses diffamatoires sur les gars avec qui j’étais dans le groupe.

HOROVITZ des beastie boys : En 2018, vous pouvez simplement Google tout cela et écrire votre propre livre. Nous ne voulions pas non plus avoir d’histoires sur des choses vraiment personnelles, ou des trucs scandaleux ou [jurons] qui ne sont l’affaire de personne.

 

Y a-t-il des endroits où vous vous souvenez des choses différemment?

HOROVITZ des beastie boys : Non. C’était plutôt: Est-ce que l’un de nous se souvient?

DIAMANT des beastie boys : Nous avons tous deux été étonnés de voir à quel point nous nous souvenons peu.

Eh bien, cela fait longtemps.

DIAMANT des beastie boys : Surtout parce que c’était important de vivre le moment fou de notre adolescence. Parce que c’était si formateur et à cause de l’époque où c’était à New York .

Comment vous souvenez-vous de cela maintenant – de la musique que vous avez écoutée et qu’est-ce qui vous a donné l’idée que c’était quelque chose que vous pouviez faire?

HOROVITZ des beastie boys : Nous avions environ 15 ans, et nous allions voir des groupes, et beaucoup de groupes étaient comme des groupes punk hardcore. J’avais une guitare, et je connaissais quelques accords, et tu as réalisé que tu pouvais jouer cette chanson des Ramones, et c’est comme, Jésus, chaque chanson des Ramones est juste ça? Je pourrais faire ça.

La seule musique accessible que nous pourrions faire serait le hard-core. Même le punk semblait sophistiqué.

DIAMANT des beastie boys : Le point d’entrée était là. Avant cela, de grands groupes de rock étaient sur scène et c’était inaccessible. Mais si vous alliez dans un club comme A7, tout le club avait peut-être la taille de cette chambre d’hôtel, et il y avait littéralement un canapé comme ce canapé sur le côté de la scène.

La barrière entre le public et le groupe n’existait pas vraiment, et la plupart des gens du public étaient dans des groupes. Une autre chose intéressante qui se passait lorsque nous avons commencé à sortir dans des clubs à l’adolescence – que ce soit Mudd Club , Danceteria ou ailleurs – était cette culture de tout le monde faisant quelque chose.

S’ils ne faisaient pas partie d’un groupe, ils essayaient de vous vendre leur petit fanzine de poésie ou de devenir le prochain artiste visuel. Tout le monde avait un peu de créativité.

 

DIAMOND des beastie boys : Au début, nous étions un groupe hard-core comme tout le monde. Sauf que peut-être que nous avions le sens de l’humour à ce sujet.

HOROVITZ des beastie boys : Et puis nous avons commencé à rapper. Nous étions comme les rappeurs du centre-ville. Il n’y avait personne d’autre qui frappait au centre-ville. Droite? Le pont était que nous avons rencontré Rick Rubin . Nous allions tous dans les mêmes clubs mais il était un peu plus âgé et il avait une boîte à rythmes.

DIAMANT des beastie boys : Et nous avons en quelque sorte atteint un moment d’épuisement avec le hardcore. Le rap 12 pouces a commencé à sortir, et cela semblait être une chose vraiment excitante. «Sucker MC’s» [de Run-DMC] était vraiment le disque qui a tout brisé, c’était ce dépouillé, minimal… voilà ce que le rap allait être.

HOROVITZ des beastie boys : Cette époque du rap était vraiment punk pour une raison quelconque. Quelque chose était connectable dans la mesure où nous voulions faire des disques de rap, en plus d’aimer les disques de rap.

DIAMANT des beastie boys : Ou peut-être que nous étions tellement naïfs et que nous n’avions aucun adulte responsable autour de vous pour dire: «À quoi pensez-vous les gars?»

Étiez-vous un peu gêné d’être des enfants blancs travaillant dans l’idiome du rap?

HOROVITZ des beastie boys : Eh bien, nous venions du centre-ville, donc nous frappions à Danceteria, dans ces clubs blancs du centre-ville, vraiment. Personne au centre-ville ne rappait. Personne que nous connaissions ne rappait. Donc nous étions comme, nous devrions le faire. On ne s’en moquait pas, on adorait ça et on voulait en faire partie.

Au bout d’une minute, nous avons eu des costumes Puma assortis, et nous portions des chiffons, et nous avons joué dans ce club du Queens appelé Encore, et tout le monde se moque de nous. Ils ont allumé les lumières fluorescentes quand nous sommes arrivés à faire nos deux chansons d’ouverture pour Kurtis Blow, et nous étions comme, mec, nous avons l’air stupides.

DIAMOND des beastie boys : Nous nous sommes tous sentis comme [juron] après ce concert. Mais nous étions toujours déterminés à faire du rap car c’est ce que nous aimions faire. Nous avons en quelque sorte réalisé que nous devions être notre propre version.

Beaucoup d’enfants grandissent maintenant dans un monde créé par Beastie, où la musique, les baskets, les vêtements, la nourriture, une grande partie de ce qu’ils consomment sont connectés et inter-marques. Et vous avez été des pionniers dans ce genre de choses. Comment cela est-il né de la musique?

DIAMOND des beastie boys : C’était la grande leçon du punk et du hardcore. Que vous puissiez publier quoi que ce soit. Pour jouer à des concerts, vous voliez l’accès à une machine Xerox et fabriquiez des dépliants.

HOROVITZ des beastie boys : Punks n’engage pas de personnes pour faire la couverture de leur disque. Les punks font tout eux-mêmes. C’est ça le vrai punk – le faire soi-même et bâtir une communauté où les gens partagent des idées et partagent leur créativité.

J’ai l’impression que nous avons toujours essayé d’y revenir. Grand Royal a commencé parce que nous étions sur la tournée Lollapalooza et nous voulions envoyer ce message aux gens que le Mosh Pit est ringard.

Arrêter de faire ça. MTV l’a ruiné, et c’est dangereux, et les filles sont blessées. Donc Mike avait conçu tout ça et nous l’avons fait passer à Lollapalooza et ensuite nous nous sommes dit, faisons juste un fanzine et sortons-le.

Et puis il est simplement passé au niveau suivant. Nous avons eu de la chance d’avoir de l’argent.

DIAMANT des beastie boys : Et que nous avons eu le public. Le fait que nous ayons eu un public plus large pour ces choses que nous avons faites est encore un petit miracle pour moi.

Quand je pense à vous les gars, je pense à deux moments. Le premier, le début et le milieu des années 80, dont nous parlions.

Mais il y a aussi le début et le milieu des années 90, une décennie plus tard, quand il y a une floraison créative dans le hip-hop et le moment indie-rock. D’une manière ou d’une autre, vous étiez dans ces deux endroits. Comment pensez-vous y être arrivé?

HOROVITZ des beastie boys : Eh bien, cela revient probablement à aimer le Clash. Ils avaient des chansons punk-rock, des chansons reggae et des chansons mélodiques, et ils ont juste suivi ce qu’ils voulaient faire, non?

DIAMOND des beastie boys : Il ne nous est jamais venu à l’esprit de ne pas faire de musique qui incluait quelque influence que ce soit.

Heureusement, nous avons pu faire des disques sur une bonne période de temps, car vous n’allez pas tout découvrir à la fois. La réalité que nous pourrions être joués sur «Yo! MTV Raps »à côté de« 120 Minutes »- je suppose que c’est là que MTV était à l’époque.

Même s’ils présentaient de la musique rap et de la musique alternative, ils les présentaient de manière séparée. Nous essayions de tout mettre ensemble, et en quelque sorte nous étions l’enfant étrange dont les vidéos pouvaient jouer sur les deux.

Une chose qui était certainement vraie des premiers Beastie Boys était la personnalité ludique et odieuse. Il y avait le pénis gonflable sur scène à vos spectacles.

HOROVITZ des beastie boys : Hydraulique. C’était un pénis hydraulique.

Et déjà, il y a probablement 20 ans, vous vous êtes éloigné de certains des aspects les plus offensants de cela. En ce moment, à travers la culture, il y a beaucoup de comptes en cours sur la misogynie et l’homophobie, passées et présentes, et je me demande si cela est revenu à nouveau en travaillant sur le livre?

DIAMANT des beastie boys : Nous avons tous, en grandissant, soit eu l’expérience de nous comporter mal, soit de faire un mauvais travail de la façon dont nous traitions les autres dans n’importe quel type de relation. Pour nous, bien sûr, une grande partie de cela était dans le personnage public que nous avons créé.

C’était quelque chose d’inspirant dans le livre, c’était l’occasion de s’ouvrir et de se plonger dedans et de pouvoir dire: «Nous étions [jurons]. Nous aurions vraiment pu mieux gérer cela. Mais peut-être que nous devions être [jurons] pour apprendre notre leçon.

HOROVITZ des beastie boys : Je veux dire que vous ne pouvez pas ne pas en parler. C’est une grande partie de notre histoire pour nous.

Parce que pendant longtemps nous n’avons pas joué «Fight for Your Right to Party», nous n’avons joué aucune de ces chansons. «Licensed to Ill» était comme un rhume, et nous avons pris tellement de vitamine C que nous n’aurions plus jamais eu ce rhume.

Mais ensuite on s’est rendu compte que l’on peut séparer le bien du mal, que ce n’est pas tout, quelle est l’expression, coupée et séchée?

DIAMANT des beastie boys : Cela ne semblait plus binaire.

HOROVITZ des beastie boys : Oh maintenant, nous utilisons des mots fantaisistes.

DIAMANT des beastie boys : Ce qui a ouvert la porte, ce sont les paroles de Yauch à la fin des années 90 sur «Sure Shot» sur «le manque de respect des femmes doit être passé».

Au fur et à mesure que nous avons évolué pour avoir cette voix, nous pourrions être à l’aise de revenir en arrière et de jouer l’une de ces chansons, en disant maintenant que nous sommes suffisamment clairement établis comme autre chose pour pouvoir jouer cette musique sans le devenir.

Il y a quelque chose de doux-amer dans ce livre, à cause de la mort de Yauch.

HOROVITZ des beastie boys : C’est [juron] triste. Il n’y a aucun moyen de le contourner. Comment êtes-vous censé terminer ce livre? Moi et Mike assis ici? Moi et Mike allons au cinéma? Il y a tellement de films Dwayne «The Rock» Johnson que nous n’avons pas encore vus.

DIAMANT des beastie boys : Ce qu’il y avait de gentil à ce sujet, c’était de pouvoir revenir en arrière et d’exploiter ces histoires dont il était au-delà de tout. C’était une chose gratifiante, quelque chose qui nous manque chaque jour.

Je ne sais pas comment nous pourrions faire cela avec un degré d’honnêteté sans avoir cette tristesse et cette perte.

HOROVITZ des beastie boys : Il n’y a pas moyen de contourner cela. Il est le groupe.

Articles similaires
GOJIRA the flesh alive

GOJIRA: Les débuts Tirant son nom de la prononciation japonaise originale de Godzilla, le quatuor de death metal français Gojira Read more

Les amplis MARSHALL : l'histoire d'un mythe. 4

Les amplis Marshall ont été célébrés par certains des plus grands groupes et musiciens du monde, notamment: Jimi Hendrix, Eric Read more

Batman Dark Knight Rises 5

Warner Bros.a mis en ligne un vaste documentaire des coulisses retraçant la trilogie emblématique de Christopher Nolan Batman Dark Knight Read more

AC/DC Power Up - l'interview exclusive du groupe 6

Angus Young, Brian Johnson et Cliff Williams parlent enfin à propos de la résurrection d'AC/DC Power Up. Ils viennent de Read more

error: