En plus d’être un grand photographe de guerre, Robert Capa était un photojournaliste au sens large du terme qui a su capter les émotions, les drames ou les joies avec le même talent et donner au monde un regard qui n’est pas sans humour, mais toujours bienveillant.

« Si ta photo n’est pas assez bonne, c’est que tu n’étais pas assez près » devise de Robert Capa

Qui est Robert Capa ?

Robert Capa était un photojournaliste et photographe de guerre hongrois, né le 22 octobre 1913 à Budapest et mort le 25 mai 1954 à Thai Binh au Vietnam. Il est considéré comme l’un des plus grands photographes de guerre de l’histoire et a couvert plusieurs conflits majeurs du XXe siècle, notamment la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Indochine.

Il est notamment célèbre pour sa photographie « The Falling Soldier », prise pendant la guerre d’Espagne, qui montre un soldat républicain espagnol en train de tomber au moment de sa mort. Capa a également cofondé l’agence de presse Magnum Photos en 1947, avec entre autres Henri Cartier-Bresson, George Rodger et David « Chim » Seymour. Sa vie et son œuvre ont inspiré plusieurs livres et films, et il est encore aujourd’hui une figure emblématique du photojournalisme.

 

robert capa photos

robert capa photos

Robert Capa, un jeune immigré …

Robert Capa est né André Friedmann le 22 octobre 1913 à Budapest, en Hongrie. Il a grandi dans une famille juive, avec son frère aîné Cornell, qui deviendra plus tard réalisateur de films documentaires. Dans les années 1930, Robert Capa étudie la photographie à Berlin, où il rencontre la photographe Gerda Taro, avec qui il formera plus tard le célèbre duo « Capa et Taro ».

En 1933, Capa fuit l’Allemagne nazie pour Paris, où il commence à travailler en tant que photographe indépendant pour des magazines tels que Vu et Regards. Il adopte le nom de Robert Capa pour faciliter sa carrière et se faire passer pour un photographe américain, car le marché de la photographie était plus lucratif aux États-Unis.

En 1936, Capa et Taro partent pour l’Espagne pour couvrir la guerre civile espagnole. C’est là que Capa prendra certaines de ses photographies les plus célèbres, dont « The Falling Soldier ». Après la mort de Taro dans un accident de travail en 1937, Capa continue à travailler comme photographe de guerre, couvrant notamment la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Indochine. Il cofondera également l’agence de presse Magnum Photos en 1947, qui deviendra l’une des plus importantes agences photographiques du monde.

 

robert-capa-photosrobert-capa-photos

Particularité des photos de robert capa

Les photos de Robert Capa se caractérisent par leur réalisme et leur proximité avec le sujet photographié, ce qui donne une impression d’immersion dans la scène et de vivacité. Capa a été l’un des premiers photographes de guerre à travailler avec des appareils photo légers et portables, qui lui ont permis de se déplacer rapidement et de capturer des moments spontanés sur le vif.

Capa a également été connu pour sa capacité à saisir l’émotion et l’humanité dans des situations de guerre, en montrant les aspects les plus personnels et les plus intimes de la vie des soldats et des civils. Ses photographies de la guerre d’Espagne, en particulier, ont été considérées comme particulièrement émouvantes et poignantes, montrant les effets de la guerre sur les gens ordinaires.

Enfin, Capa était également connu pour son utilisation de la technique du flou de mouvement, qui consiste à bouger intentionnellement l’appareil photo pendant la prise de vue, créant ainsi une impression de mouvement et de dynamisme dans l’image. Cette technique a été utilisée de manière particulièrement efficace dans l’une de ses photos les plus célèbres, « The Falling Soldier », prise pendant la guerre d’Espagne.

 

 

robert-capa-photos

Robert Capa

« En attendant Robert Capa »

« En attendant Robert Capa » est un roman de Susana Fortes publié en 2010. Il s’agit d’un roman historique qui explore la vie et l’œuvre de deux célèbres photojournalistes de guerre, Gerda Taro et Robert Capa, qui ont couvert la guerre civile espagnole dans les années 1930.

Le roman est construit autour d’une histoire d’amour fictive entre Taro et Capa, qui se rencontrent à Paris avant de partir ensemble en Espagne pour couvrir la guerre. Le livre suit leurs aventures sur le front, ainsi que leur relation amoureuse tumultueuse.

Le titre du roman fait référence à la phrase célèbre de Capa : « Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près », soulignant l’importance de la proximité et de l’immersion dans le sujet photographié. Le livre explore également les enjeux éthiques et moraux de la photographie de guerre, ainsi que le rôle des photojournalistes dans la documentation de l’histoire et la création de l’opinion publique.

La naissance de robert capa photos

Pour son pseudonyme Capa, André Friedmann s’est apparemment inspiré du nom de Frank Capra, un réalisateur américain d’origine sicilienne dont le film New York-Miami (It Happened One Night) a reçu des Oscars en 1934. Selon d’autres sources, il était appelé « Cápa » (requin en hongrois) depuis son enfance.

Le prénom a une origine similaire puisqu’il a été emprunté à Robert Taylor. Dans le même temps, Gerda a adopté le pseudonyme Taro. Le nom de Gerda Taro correspondait vaguement à celui de Greta Garbo. En 1934 ou 1935, Capa tient un rapport à Lisieux lors d’une des nombreuses cérémonies religieuses liées au culte de Sainte Thérèse, dont la Bibliothèque nationale a acquis une série de « volumes » de France début 2004.

Ces photographies très modernes n’ont été ni publiées dans la « bonne presse » ni dans la presse générale de l’époque, qui préférait les vues générales aux sujets locaux, montrant l’ampleur des manifestations et l’afflux de pèlerins.

 

robert capa photos

Robert Capa

Robert Capa et la guerre d’Espagne

C’est la guerre d’Espagne qui a permis à Capa et, dans une moindre mesure, à Gerda Taro d’apparaître comme reporters photographes. La guerre a éclaté le 17 juillet 1936. À partir du 5 août, Capa et Taro, envoyés par le rédacteur en chef de Vu Lucien Vogel, sont arrivés à Barcelone et ont commencé à photographier les combats, Capa avec un Leica et Taro avec un Rolleiflex. Dans l’esprit des jeunes, ces caméras n’étaient pas seulement un moyen de subsistance mais aussi une arme pour obtenir un soutien international pour la cause républicaine.

À la gare de Barcelone, ils ont photographié les soldats qui sont partis pour le front d’Aragon et se sont séparés de leurs épouses ou fiancées. Ils se sont ensuite rendus à Huesca et à Saragosse, une région où de nombreux réfugiés allemands ont servi dans les milices, ce qui a facilité le commerce.Le milicien espagnol

Dès son premier voyage sur le front de Cordoue, Capa a pris la célèbre photo de la milice espagnole qui a été touchée par des balles, et la photo a fait le tour du monde et suscité des commentaires enthousiastes. Bien que très controversée, elle est à l’origine du mythe Capa. Il a été publié pour la première fois par le magazine français Vu et un an plus tard par Life et est l’une des images les plus importantes de l’histoire de la photographie.

robert capa photos

 

Ils sont arrivés à Madrid le 18 novembre; Robert Capa a passé la plupart du temps avec le XII. Brigade internationale, dont le commandant, un homme énergique et charismatique, le général Lugar Lukács et le commissaire politique Gustav Regulator, que Robert Capa avait rencontré à Paris, faisaient partie d’une association d’écrivains allemands émigrés. Ils ont ensuite photographié les réfugiés d’Almeria et de Murcie.

Au début de mars 1937, Capa et Taro ont commencé à travailler à Tonight, un magazine de front populaire de la plus jeune création, dont le rédacteur en chef était Louis Aragon. Ils ont photographié les batailles près de Bilbao (une région industrielle dont Franco s’intéressait aux ressources) et la bataille de Sollube le 7 mai. Ils sont rentrés à Madrid fin mai et se sont installés à l’hôtel Florida, siège des journalistes et des intellectuels, où ils ont rencontré Hemingway.

Le 31 mai, Capa et Taro étaient à Paso de Navacerrada, près de Ségovie, pour rendre compte de la malheureuse offensive républicaine décrite par Hemingway dans For Whom the Bell Tolls. Hemingway lui-même n’était pas présent dans la salle d’opération et s’est appuyé non seulement sur les photos du témoin oculaire Capa, mais aussi sur des rapports écrits. De retour à Madrid, ils ont photographié la bataille de Carabanchel et rapporté les funérailles du général Lukács, tué à Huesca le 12 juin.

 

 

Indochine En avril 1954, Capa a été invité à accueillir le Manaichi Shimbun au Japon pendant trois mois pour aider à démarrer un nouveau journal photo. La vie lui a demandé de prendre la place d’un collègue américain en Indochine pendant un mois. Il a accepté malgré les objections de certains amis.

Accablé par divers problèmes (il avait pris du poids, souffrait sous son dos et, surtout, avait besoin d’argent), Capa voulait prouver qu’il était toujours le meilleur photographe de guerre. Il était prisonnier de sa légende. Pour ceux qui connaissent la fin de l’histoire, il est impossible de découvrir rétrospectivement quelque chose de préliminaire dans les dernières photos de Capa: Ces femmes pleurent dans un cimetière, ce signe indique la direction de Thai Binh où il devrait tomber Ces soldats de vu à travers l’herbe derrière.

Le 25 mai, il était accompagné de deux Américains, soutenus par un convoi de soldats français qui, après la reddition de Diên Biên Phû, étaient occupés à évacuer deux forteresses désormais sans défense. Là, il est mort en sautant sur une mine avec un appareil photo dans chaque main. Les Français lui ont conféré des honneurs militaires à Hanoi.   En plus d’un géant photographe de guerre, Robert Capa était un photojournaliste au sens large du terme qui a su capter les émotions, les drames ou les joies avec le même talent et donner au monde un regard qui n’est pas sans humour, mais toujours bienveillant.

 

robert-capa-photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

Robert Capa

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

robert capa photos

 

 

BONUS 1 : Voici une rare interview  audio de Robert Capa , 1947

Bob Capa raconte des expériences photographiques à l’étranger » a été diffusé le 20 octobre 1947 dans l’émission de radio du matin de 8h30 « Salut ! Porte-poisse. »

L’interview faisait partie du circuit de presse entourant la publication de Slightly Out of Focus , son roman autobiographique relatant ses aventures pendant la Seconde Guerre mondiale publié par Henry Holt and Company cette année-là.

« Salut! Jinx » était une émission nationale sur la radio NBC qui a débuté en 1946 par Jinx Falkenburg et Tex McCrary. L’équipe du mari et de la femme a été la pionnière de ce qui est devenu le format du talk-show.

Ils ont finalement eu deux programmes de radio, un programme de télévision de cinq jours par semaine et une chronique syndiquée dans le New York Herald Tribune. Falkenburg était mannequin et avait été photographiée par Capa en décembre 1940 après l’une de ses performances dans la comédie musicale d’Al Jolson « Hold on to Your Hat ».

McCrary était journaliste et, en tant que colonel de l’Army Air Corps, avait conduit les premiers journalistes dans les ruines d’Hiroshima. Les tentatives précédentes pour localiser cela dans les archives nationales de la radio ont échoué.

Aucun n’avait d’enregistrements de cette émission spécifique. L’enregistrement est apparu en 2013 sur eBay par un vendeur de l’ouest du Massachusetts, qui avait découvert l’enregistrement et d’autres dans la région lors d’une vente immobilière plusieurs années auparavant.

Le disque est un enregistrement microgroove 33 1/3 tours réalisé par Associated Recording Services, un service d’enregistrement d’archives. C’est le seul enregistrement connu de Robert Capa. Bien qu’il ait donné quelques conférences publiques, c’était la seule interview à la radio et il n’a jamais été interviewé à la télévision.

Seuls quelques films d’actualités le montrent en action, et aucun avec sa voix. Il est apparu dans quelques productions hollywoodiennes, mais a été choisi comme un Arabe muet. Sa première langue était le hongrois, mais il a appris, dans l’ordre, l’allemand, le français, l’espagnol et l’anglais. L’anglais est devenu sa langue écrite et parlée dominante en 1941.

Sa manière de parler, surnommée « Capaese » par des amis, a été décrite comme un méli-mélo incompréhensible de langues, mais l’interview montre que Capa était non seulement clair, mais très articulé. Son style facile souligne sa propension innée à l’autodérision, à l’humour et à la narration.

L’entretien commence par des récits de son récent voyage en URSS avec John Steinbeck puis se tourne vers d’autres sujets : le poker, l’invention de son nom, sa soi-disant dernière image de la guerre prise d’un soldat américain tué à Leipzig en avril 1945. Mais c’est Capa qui évoque sa célèbre image « Falling Soldier » et décrit comment elle a été fabriquée. Il dit: « La photo du prix est née dans l’imagination des éditeurs et du public qui les voit. » C’est le seul commentaire public que nous ayons directement de lui sur cette célèbre image.


Eric CANTO Photographe : Photos de concerts, portraits, pochettes d’albums.

Visitez mon portfolio Visitez le blog Visitez le shop Contactez moi

FAQ sur le photographe Robert Capa:

1. Qui est Robert Capa ?

Robert Capa était un photojournaliste hongrois né en 1913 et décédé en 1954. Il est surtout connu pour ses photographies de guerre, notamment celles prises pendant la guerre d’Espagne et la Seconde Guerre mondiale. Capa a également cofondé l’agence de presse Magnum Photos en 1947.

2. Qu’est-ce qui a rendu les photographies de Robert Capa célèbres ?

Les photographies de Robert Capa sont connues pour leur réalisme et leur capacité à capturer l’essence de moments historiques importants. En particulier, ses images de la guerre d’Espagne, telles que « La Mort d’un Soldat Républicain » et « Le Milicien Abattu », sont des exemples emblématiques de la photographie de guerre.

3. Quelle a été l’influence de Robert Capa sur la photographie de guerre ?

Robert Capa est souvent considéré comme l’un des pionniers de la photographie de guerre moderne. Il a popularisé la pratique de se rapprocher de l’action pour obtenir des images plus immersives, ce qui a donné naissance à la notion de « photographie de guerre en immersion ». Cette approche a permis aux photographes de guerre de capturer des images plus intenses et plus émotionnelles.

4. Quelles sont les principales réalisations de Robert Capa en tant que photographe de guerre ?

Robert Capa a couvert plusieurs conflits, notamment la guerre civile espagnole, la Seconde Guerre mondiale et la première guerre israélo-arabe. Parmi ses réalisations les plus célèbres, on peut citer ses photographies de la Débarquement de Normandie en 1944, connues sous le nom de « The Magnificent Eleven », ainsi que ses images du débarquement des troupes alliées en Italie en 1943.

5. Quels sont les principaux thèmes abordés par les photographies de Robert Capa ?

Les photographies de Robert Capa couvrent un large éventail de sujets, mais elles sont souvent axées sur la guerre et la violence. Capa a également réalisé des photographies de paysages, de gens ordinaires et de personnalités célèbres, telles que Pablo Picasso et Ernest Hemingway.

6. Comment Robert Capa a-t-il co-fondé l’agence de presse Magnum Photos ?

Robert Capa a co-fondé Magnum Photos en 1947 avec Henri Cartier-Bresson, George Rodger, David Seymour et William Vandivert. L’agence a été créée pour permettre aux photographes de garder le contrôle sur leur travail et de conserver les droits d’auteur sur leurs images.

7. Qu’est-ce que le « style Capa » ?

Le « style Capa » fait référence à la technique photographique de Robert Capa, qui impliquait souvent de se rapprocher de l’action pour obtenir des images plus intenses et plus immersives. Cette approche a permis à Capa de capturer des images puissantes et émotionnelles, et elle a influencé de nombreux photographes de guerre depuis lors.

8. Comment Robert Capa a-t-il documenté la guerre d’Espagne ?

Robert Capa a couvert la guerre d’Espagne en 1936, où il a photographié les combats entre les forces républicaines et nationalistes. Ses photographies, telles que « La Mort d’un Soldat Républicain » et « Le Milicien Abattu », sont devenues des icônes de la photographie de guerre et ont immortalisé l’horreur et la tragédie de la guerre civile espagnole.

9. Quels sont les risques que Robert Capa a pris pour obtenir ses photographies ?

Robert Capa a souvent risqué sa vie pour obtenir des images. Pendant la guerre d’Espagne, il se trouvait souvent au cœur de l’action, photographiant les combats à bout portant. Il a également couvert la guerre en Chine en 1938, où il a été blessé par une mine antipersonnel. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Capa a couvert le débarquement de Normandie en 1944, où il a risqué sa vie en débarquant sur Omaha Beach avec les troupes alliées.

10. Quel est l’héritage de Robert Capa sur la photographie de guerre ?

Robert Capa a été un pionnier de la photographie de guerre moderne et a influencé de nombreux photographes depuis lors. Sa technique de se rapprocher de l’action pour obtenir des images plus immersives a inspiré de nombreux photojournalistes, tandis que ses photographies iconiques de la guerre d’Espagne et de la Seconde Guerre mondiale ont contribué à façonner notre compréhension de ces conflits. Capa a également co-fondé Magnum Photos, une agence de presse qui continue à produire des images emblématiques aujourd’hui.

You cannot copy content of this page