Lee Jeffries Photographe britannique

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Lee Jeffries est un célèbre photographe britannique connu tout particulièrement pour ses portraits de sans-abri. Né en 1971, il vit et travaille à Manchester.

C’est un artiste autodidacte qui a commencé une extraordinaire histoire quotidienne avec les SDF il y a une quinzaine d’années. Dans une interview publiée il y a quelques mois en Grande-Bretagne, il déclarait “Tout le monde passe comme si les sans-abri étaient invisibles. Je transcende la peur, dans l’espoir que les gens réalisent que ces gens sont comme vous et moi ».

Les photographies de Lee Jeffries ont la gravité et l’authenticité des véritables relations humaines. Il connaît chacun de ses sujets personnellement, parfois il partage leur quotidien jusqu’au point de dormir dans la rue à leur côté, partageant ainsi la brutalité de leur quotidien.

Pour l’artiste Lee Jeffries c’est le seul moyen de construire une relation réelle et ainsi de donner vie à ses portraits. Les incroyables prises de vue de Lee Jeffries dégagent une sensibilité exacerbée, émouvante, captant la beauté universelle de l’humanité dans ce qu’elle a de plus dramatique.

 

lee jeffries photographe artiste

Lee Jeffries Photographe

Lee Jeffries Photographe

Lee Jeffries Photographe

Lee Jeffries Photographe

Lee Jeffries Photographe

lee jeffries photographe

Lee Jeffries Photographe

lee jeffries photo

lee jeffries

 

L’histoire de Lee Jeffries

Passionné de foot, Lee Jeffries commença par photographier en premier lieu des manifestations sportives. Un jour, il photographie en cachette une jeune femme sans abri, dans les rues de Londres. Il va à sa rencontre et c’est à ce moment-là que sa pratique photographique se voit.

Il décide alors de placer les sans-abri au coeur de son art. Il compose alors une série de photos nommée HOMELESS.

L’artiste Lee Jeffries poursuit alors son projet aux quatre coins du monde, car pour lui, la photographie constitue un moyen d’attirer l’attention et de réunir des fonds pour les « homeless » (sans-abri) du monde entier.

Lee Jeffries en vidéos

INTERVIEW de Lee Jeffries

Vous avez eu une conférence à la Stockholm Gallery,  pouvez-vous me dire de quels thèmes vous avez discuté?

Lee Jeffries: Dans mes conférences, j’essaie de souligner la profondeur des relations avec les personnes que je photographie. Je montre généralement un petit clip vidéo que j’ai réalisé au cours des six dernières années pour le prouver. Il est extrêmement puissant et met toujours le public dans un état de choc émotionnel.

Certains de nos lecteurs ne connaissent peut-être pas la fille sans-abri qui a changé à jamais son approche artistique. Pouvez-vous m’en dire plus sur cette rencontre inoubliable?
Oui, il y a une histoire que je connais bien. Celle du marathon de Londres. La veille de la course, j’étais dans la rue pour essayer de shooter quelque chose.

Je remarque une fille sans-abri qui est blottie dans un sac de couchage dans une porte de magasin de l’autre côté de la rue et je la photographie avec mon objectif 200 mm! Elle me voit et commence à poser un grand moment. J’ai honte de l’absence de réaction des passants. Tout ce que je veux, c’est la sortir de l’enfer. Quelque chose m’arrête et je vais lui parler. Elle m’a appris ma première leçon de photographe.

Avez-vous une formation en photographie?
Mes photos parlent de foi, d’amour et d’humanité.

Quand j’ai commencé (il y a 6 ans), je n’avais d’approche artistique particulière. J’ai vécu ma vie … en aimant … en ouvrant mon cœur à toutes sortes d’influences que j’ai maintenues jusqu’à ce jour. L’amour était le catalyseur de tout. Cela m’a amené de grand moment de plaisir, mais aussi des périodes de solitude sans fin qui se poursuivent encore aujourd’hui.

En fait, cela ne me dérange pas d’admettre que l’amour est la force motrice de tous mes efforts artistiques. Les sans-abri ? Pas parce qu’ils sont sans abri … plus qu’eux je comprends et je reconnais vraiment la solitude avec laquelle je marche tous les jours. C’était et c’est mon point de départ

Votre entreprise sensibilise et influence la perception de la société. Vous avez également créé de nombreuses initiatives. Pourriez-vous développer?
J’ai eu beaucoup de chance. Une sélection de mes photos peut être achetée dans les galeries YellowKorner du monde entier.

Cela leur a donné une exposition inestimable. YellowKorner et moi avons également pu organiser des ventes aux enchères caritatives, dont la dernière a permis de récolter plus de 25 000 euros pour une association caritative basée à Paris.

J’entends l’incompréhension du public face à l’exploitation commerciale de la pauvreté, mais je pense vraiment que sans un certain nombre d’événements commerciaux comme la vente aux enchères caritatives, les gens n’auraient tout simplement pas pris conscience des conditions de vie d’un sans-abri. Il faut développer un certain niveau de conscience dans le monde de l’art.

Certains portraits ressemblent presque à une photo sincère, ils semblent distraits de leurs propres pensées. Comment y arrivez-vous et comment abordez-vous votre sujet ? Avez-vous une méthode ?
Chaque sujet est un projet. Je vais dans un quartier, par exemple à Overtown à Miami, et je plonge dans une communauté. Je marche dans les rues, mange et dors là-bas pendant des semaines. Je fais partie de cette communauté. Cela me permet d’établir des connexions profondes.

Le post-traitement est un élément clé de votre travail. Pouvez-vous me parler de votre technique ?
J’ai assisté à une réunion avec Justin Zackham à Ojai il y a quelques années et il m’a posé la même question. J’ai commencé à expliquer .. oh pendant environ 20 minutes. Finalement, il a dit: “Lee, j’aurais aimé ne jamais vous poser cette question. Vos photos sont bien plus que tout autre processus. Estimez ce que représente l’image … pas comment elle a été faite.”

Si vous deviez choisir une photo que vous aimez le plus, laquelle choisiriez-vous et pourquoi?
J’ai un lien émotionnel avec chacun d’elles. Si je devais en nommer une seule, ce serait la version couleur des mains en prière. Tout a commencé à Rome. Courir dans les couloirs du Vatican en larmes. Cette image capture l’essence de ce que j’ai fait là-bas.

Page Facebook officielle : Lee Jeffries Photographe

 


 

Eric CANTO Photographe : Photos de concert, portraits, pochettes d’album.

 

Visitez mon portfolio Visitez le blog Visitez le shop Contactez moi

 

error: