La photo, c’est avec une image obtenue à l’aide d’une chambre noire au terme de plusieurs heures de pose et fixée sur une simple plaque enduite de bitume de Judée que débute, en 1827, l’âge de la photographie. Depuis, ce sont plus de cinq milliards d’images qui, d’après des statistiques officielles, sont développées chaque année rien que dans les grands laboratoires allemands.

Nous vivons, c’est évident, à l’ère des technologies de l’image. Cinéma et télévision, vidéo et technologies numériques, toutes ces images cherchent à accaparer l’attention en essayant de nous séduire, de nous manipuler, de nous érotiser et parfois aussi, de nous informer. A tel point qu’on peut parler d’un véritable déluge d’images, ce qui peut paraître menaçant mais plus fondamentalement, renvoie à un problème d’ordre phénoménologique : Quel est notre comportement face à toutes ces images ?

Comment se fait notre sélection ? Qu’est-ce que nous percevons encore au juste ? Et qu’est-ce qui a des chances d’accéder à la mémoire iconographique collective ?

Foto

En réalité, nous vivons actuellement une situation paradoxale. Tandis que l’ analogique « classique avec les territoires qui lui sont communément attachés comme par exemple le photojournalisme, est en perte de vitesse, la photographie traditionnelle, elle, fait de plus en plus l’objet d’un discours officiel. Sa présence dans des galeries d’art et des musées, dans des salons ou à des ventes est devenue quelque chose de naturel.

Comme si elle s’était résorbée d’elle-même, la question de savoir si des photos sont des œuvres d’art ne se pose plus. Payer de grosses sommes en dollars pour des images-clés de l’histoire de la photographie, mais aussi pour des travaux d’artistes photographes contemporains, n’est plus chose rare depuis longtemps. Une jeune génération a découvert dans la photographie ce qui auparavant était considéré par les investisseurs comme des antiquités.

La photographie a avancé en âge et en même temps, elle est devenue plus actuelle que jamais. En sa qualité de médium de type plutôt contemplatif, elle a trouvé un nouvel emploi porteur d’avenir.

Foto

C’est en ce sens que le médiologue Norbert Bolz parle d’une « grande image silencieuse » qui, à l’heure du déferlement de données électroniques, permet en quelque sorte de faire halte. Là où la télévision, la vidéo ou internet génèrent un bruissement visuel, seule l’image photographique traditionnelle a, en tant que « triomphe de l’abstraction », la force de s’incruster dans notre mémoire, de susciter en quelque sorte le souvenir.

Avec son exposition « images mentales », Michael Schirner en a donné, au milieu des années 80, la preuve par l’exemple. N’y figuraient que des carrés noirs dans lesquels étaient impressionnées, en négatif, quelques lignes de texte. Willy Brandt agenouillé devant le monument des héros du ghetto de Varsovie », pouvait-on ainsi lire. Ou encore « L’empreinte du pied du premier homme ayant marché sur la lune ».

La photographie, comme l’a résumé Horst Wackerbarth, serait le seul genre capable de dépasser le niveau, populaire, de la surface visible et celui, élitiste, de la vision première, pour agir, de façon subtile, plus en profondeur».

La définition du huitième art :

C’est est un moyen technique et mécanique de représenter graphiquement des moments, des objets ou des personnes. Mais c’est aussi un moyen d’expression plus ou moins abstrait qui porte l’écriture de son auteur, et dont l’objectivité est égale à tout travail artistique. Piégée dans l’imitation de la peinture depuis longtemps (peinture, marines, portraits, etc.), elle a trouvé sa propre voie artistique au milieu du XXe siècle avec l’apparition du surréalisme. De nos jours, de nombreux artistes utilisent ce médium, souvent associé à la « documentation », plus qu’à l’art en tant que tel. Elle mélangent parfois de nombreux médias différents (peinture, sculpture, maquillage, art numérique) en une seule image. C’est unart permet plus que tout autre support d’ancrer la réalité dans une œuvre d’art afin de lui donner une nouvelle dimension.

Eric Canto, Festivalfotograf, Konzert- und Künstlerportraits:

Eric Canto ist Konzert- und Festivalfotograf seit vielen Jahren. Er hatte die Möglichkeit, für viele bekannte Künstler zu fotografieren, zum Beispiel mit dem Cover des Albums „Hellfest“ von Mass Hysteria. Entdecken Sie seine Arbeit:

Entdecken das Portfolio des Fotografen / Besuchen Sie den Laden / Besuchen Sie den Blog Erfahre mehr über den Fotografen / Kontakt

Andere Artikel, die Sie interessieren könnten:
Photographe célèbre : Les 25 meilleurs photographies au monde
Photographe célèbre

Il y a des photographies qui transcendent le support et deviennent des icônes. Ces 25 images comptent parmi les plus Weiterlesen

Le Festival de Nîmes 2022
Festival de nimes 2022

Le Festival de Nîme 2022 Le Festival de Nîmes 2022 se déroulera dans le cadre des Arènes de Nîmes. Des Weiterlesen

The bloody Beetroots Dj Set – Le Rockstore Montpellier
The bloody Beetroots Dj Set Le Rockstore Montpellier 1

The bloody Beetroots Dj Set - Le Rockstore Montpellier Cela fait plus de 10 ans que je shoote des artistes Weiterlesen

CRANE : NOUVELLE REPRO 2022

Découvrez la nouvelle repro "CRANE" sur le shop en ligne. Reproduction 20x30 sur alu : Cliquez ici pour commander      Weiterlesen

de_DEDeutsch
Besuchen Sie den Laden