Man Ray, peintre, photographe surréaliste et réalisateur du XXe siècle a toujours la côte.

Le 2 mai 2022, son Violon d’Ingres (1924) s’est vendu aux enchères 12 millions d’euros. Cette photographie devient la plus chère vendue au monde, démontrant l’engouement des collectionneurs du XXIe siècle pour les œuvres surréalistes.

Les 28 et 29 juin 2022, soit quarante-cinq ans après sa mort, de nouvelles enchères ont eu lieu à l’Hôtel Drouot, à Paris avec environ 200 lots de photographies, objets et lithographies signés pour la plupart de l’auteur.

Retour sur  cet artiste hors du commun en 6 points.

Man Ray

Man Ray

Qui est Man Ray ?

Artiste américain, Man Ray est le pionnier de la peinture moderne, surréaliste, du cinéma et de la photographie. Connu pour ses photos noir et blanc, comme le Violon d’Ingres (1924)  et Larmes (1930-1932), son style onirique  est caractéristique du mouvement dadaïste.

Man Ray

 

Man Ray dédie son activité principalement à la photographie, en redécouvrant la solarisation (procédé permettant d’accentuer les contours par des lignes noires) et en utilisant la technique du rayogramme (silhouettes abstraites d’objets).

Dans les années 20, il réalise également quelques films courts-métrages comme le Retour à la raison en 1923 et l’Etoile de mer en 1928.

Pour lui, la technique et l’instrument sont accessoires. Seuls comptent l’œil et l’idée. André Breton le surnomme « L’homme à tête de lanterne magique » et Man Ray dit de lui:

« Quand j’ai vu que j’étais attaqué de toute part, j’ai su que j’étais sur le bon chemin. » Man Ray.

Quelles sont les œuvres les plus connues de Man Ray ?

  • The Lovers (Les Amants), huile sur toile, 24,7 × 35,2 cm (1914)
  • Autoportrait, assemblage (1916)
  • Danseuse de corde s’accompagnant de son ombre (1916)
  • Marcel Duchamp en Rose Sélavy (1921)
  • Le Cadeau(1921) – sculpture dans l’esprit ready-made
  • Marcel Proust sur son lit de mort (1922)
  • Le Violon d’Ingres(1924) – photographie
  • Noire et blanche(1926) – portrait
  • The Fisherman’s Idol, 1926, morceaux de liège récupérés sur la plage de Biarritz puis assemblés
  • Lee Miller(1930) – portrait
  • Autoportrait, photographie obtenue à partir d’une solarisation (1931)
  • Glass Tears(1932) – portrait
  • Les Mains libres, dessins pour des poèmes de Paul Éluard, Jeanne Bucher, Paris (1937)
  • Le Rébus, huile sur toile, 55 × 46 cm, Paris (1938)
  • Les Vingt jours et nuits de Juliette (1952)

 

Le Violon d'Ingres l'oeuvre la plus chère au monde.

Man Ray

Où est né Man Ray ?

Man Ray, naît Emmanuel Radnitsky  le 27 août 1890  dans le sud de Philadelphie, en Pennsylvanie.

Surnommé « Manny, il est l’aîné d’une fratrie, Sam son frère, Dorothy et Essie  ses deux sœurs. Sa famille est juive ashkénaze d’origine russe. Il est l’oncle de Naomi Savage, photographe américaine (1927-2005).

Son père tient un atelier de confection tandis que sa mère est couturière.

La famille vit dans le quartier de Brooklyn à New-York .

Pendant sa jeunesse, « Manny »  fréquente la Modern School du Ferrer Center, école libertaire à l’éducation anarchiste  (cf Francisco Ferrer éducateur libertaire catalan).

Il commence des études d’architecture avant de se tourner vers l’art.

Son éducation est déterminante dans le choix de sa voie artistique et son engouement pour l’innovation. Pour lui, caméra, pinceaux, machine à écrire, appareil photo,  sont tous des instruments égaux et équivalents.

Très tôt, Man Ray fréquente les milieux avant-gardistes.

En 1912, la famille change son nom, en réaction à l’antisémitisme de l’époque. Les Radnitzky deviennent les Ray. « Manny » devient « Man ».

Avec la naissance du mouvement intellectuel, littéraire et artistique Dada (mouvement anticonformiste et anti conventionnel) en 1916,  il trouve un sens à son art.

Le mouvement dadaïste a des adeptes à Paris, New-York, Berlin et Cologne. Le mot « dada » ne signifie rien, mais désigne le « néant absolu », cette volonté de lutter contre l’absurdité de la guerre, et la volonté de détruire l’art et la littérature conventionnels.

 

Quelles sont les dates clés de la vie de Man Ray ?

 

Man Ray, son début de carrière à New-York

La carrière de Man Ray débute à New York , en 1911, dans  la Galerie 291 du photographe Alfred Stieglitz, puis chez un graveur, puis dans la publicité et chez un éditeur de cartes comme dessinateur.

Il rencontre Marcel Duchamp en 1915 dans le cadre de ses fréquentations avant-gardistes. Avec son acolyte, ils sont les représentants de la branche américaine du dadaïsme.

C’est en 1917 qu’il publie ses premières œuvres variant de la peinture (telles que Aérographes, peinture au pistolet, 1917) à la photographie, qui restent infructueuses.

Face à cet échec, il déclare « Dada ne peut pas vivre à New-York », et décide de s’envoler pour Paris.

Man Ray poursuit sa carrière à Paris

Il débarque à Paris en juillet 1921, à l’âge de 30 ans, et s’installe chez Marcel Duchamp.

Très rapidement, il rencontre les artistes surréalistes parisiens que sont Louis Aragon, André Breton, Paul Eluard…  mais surtout Kiki de Montparnasse, chanteuse de modèle français, qui devient sa compagne, son modèle et sa muse.

Kiki de Montparnasse, 1ere muse de Man Ray

Il se lance dans la  photographie de mode et  dès 1922, ses portraits sont publiés dans Vanity Faire et commence dès 1924 à collaborer avec Vogue.

MAN RAY et la mode

Man Ray et la mode

En 1924, toujours, il contribue aux publications surréalistes et publie également l’un de ses chefs d’œuvres le Violon d’Ingres.

Sa première exposition a lieu dans la Galerie Pierre à Paris en 1925.

En 1929, Man Ray démarre un travail avec Lee Miller qui devient son assistante et sa compagne, jusqu’en 1932. Ensemble ils développent la technique de solarisation.

lee miller et Man Ray

Lee Miller et Man Ray https://www.ericcanto.com

 

Il tourne également  « Les Mystères du Château des Dés » dans la villa Noailles à Hyères. Ce film est dédié à la maîtresse des lieux.

En 1931, il réalise Electricité, album photographique  destiné à promouvoir la modernité de l’usage domestique de l’électricité.

Pendant vingt ans, l’artiste révolutionne l’art photographique et beaucoup de grands noms du milieu artistique comme Jean Cocteau, Meret Oppenheim (dont les photographies de nus deviendront une série très célèbre),  James Joyce poseront sous son objectif.

Il adore peindre le corps féminin. Les femmes ont toujours été très présentes dans son travail ainsi que dans son existence. Sa vie artistique et sa vie amoureuse sont presque impossibles à démêler, toutes deux sources de création.

Un véritable échange existe avec ses modèles. Certaines étaient des muses, comme Kiki de Montparnasse, Nush Eluard, Juliet Browner… D’autres étaient des confrères comme Lee Miller et Dora Maar. Chaque relation lui apportait une nouvelle source d’inspiration et un point de vue différent.

En 1933, il participe au Salon des sur-indépendants avec ses amis surréalistes.

En 1934, il rencontre sa nouvelle jeune compagne Adrienne Fidelin, de plus de 20 ans sa cadette, qui prend le nom de Ady Fidelin. Leur idylle durera 5 ans.

Adrienne la guadeloupéenne de 20 ans sa cadette.

Man Ray et Adrienne

 

En 1937, il publie avec André Breton le manifeste La photographie n’est pas l’art.

Ses années parisiennes intenses artistiquement finissent par se terminer avec la 2eme guerre mondiale, car, inquiété par la défaite de la France et ses origines juives, il décide de retourner aux Etats-Unis en compagnie de Salvador Dali.

Man Ray retourne aux Etats-Unis

En 1940, Man Ray s’installe à Hollywood, Los Angeles, en Californie avec Salvador Dali et René Clair (cinéaste). C’est là qu’il renoue avec la peinture, reçoit des propositions d’expositions et rencontre Juliet Browner, danseuse et mannequin, dans un night club. Il l’épouse en 1946. Elle devient Juliet Man Ray.

C’est durant ces années californiennes, il expérimente la photographie en couleurs, peint des sculptures mathématiques découvertes en 1930 et réalise son portrait rayographique.

rayographie

rayographie

“Je photographie ce que je ne désire pas peindre, et je peins ce que je ne peux pas photographier.”

Man Ray finit sa vie à Paris

Il retourne à Paris en 1951, installe son atelier au 2 bis rue Ferou et devient Satrape du Collège de Pataphysique en 1963.

En 1963, il publie son autobiographie Self Portrait.

En 1966, il reçoit le prix culturel de la Société allemande de photographie et en 1974, la médaille du progrès de la Royal Photographic Sociéty.

Man Ray meurt  d’une infection pulmonaire le 18 novembre 1976 à l’âge de 86 ans.

Il est inhumé au Cimetière du Montparnasse et sa tombe porte l’épitaphe   « Unconcerned, but not indifferent » (« Détaché, mais pas indifférent »).

Sa tombe est profanée en mars 2019 à cinq reprises. Le médaillon  représentant le couple ainsi que la stèle de son épouse (Juliet Man Ray née Browner 1911-1991)  sont détruits.

En hommage à l’artiste, Michel Berger lui consacre en 1990 une chanson « Chanson pour Man Ray » sur son album Ca ne tient pas debout, et un restaurant Parisien dans le 8e arrondissement porte son nom.

Man Ray était un artiste profondément novateur qui voulait ardemment révolutionner l’art. Ancré dans le dada puis profondément dans le surréalisme, le photographe et peintre américain a nourri son art des deux mouvements.  

Ses créations  font écho à son état intérieur, ses œuvres devenant catharsis. Il dépeint ce qu’il voit, ce qu’il pense et ce qu’il désire. Man Ray et ses amis artistes ont sans aucun doute redonné vie à Paris, libérant l’art de ses carcans traditionnels.

Quels sont les ouvrages de Man Ray ?

  • Revolving doors, Paris, Éditions Surréalistes, 1917.
  • Les Champs délicieux, Paris, hors commerce, 1922.
  • Man Ray photographs 1920-1934, James Thrall Soby.
  • Facile with Paul Éluard, Paris, Éd. GLM, 1935.
  • La Photographie n’est pas l’art : 12 photographies, Paris, Éd. GLM, 1937, avec un avant-propos d’André Breton, Convulsionnaires.
  • Alphabet for adults, Beverly Hills, California, Copley Galleries, 1948.
  • Photographs-Portraits, Paris, Édition Prisma.
  • Self Portrait, Londres, André Deutsch, 1963 ; Autoportrait, traduit de l’américain par Anne Guérin, Paris, Robert Laffont, 1964 ; réédité chez Seghers, 1986.

 

livre autoportrait

livre autoportrait – Man Ray

Où est exposé Man Ray ?

  • Atelier Man Ray. Unconcerned but not indifferent, Pinacothèque de Paris, du 5 mars au 1erjuin 2008
  • Man Ray, vues de l’esprit, Musée Toulouse-Lautrecet Médiathèque Pierre-Almaric, Albi, du 8 octobre 2018 au 5 janvier 2019
  • Man Ray et la mode, Musée Cantini, du 8 novembre 2019 au 8 mars 2020.

 

 

Eric CANTO Photographe : Photos de concerts, portraits, pochettes d’albums.

Visitez mon portfolio Visitez le blog Visitez le shop Contactez moi